Histoire de sexe premiere fois sexe al hopital

histoire de sexe premiere fois sexe al hopital

.

Gratuit sexe simulateur de sexe


histoire de sexe premiere fois sexe al hopital

.








Sex tape ma sexe xnxx


Voir toutes les histoires de sexe de cet auteur. Faites d'HDS votre page de démarrage. Pour la première fois. Dans la zone rouge. J'ai subi une opération de l'appendice lorsque j'avais 23 ans.. J'étais jeune et beau.. Bon, j'étais très mince.. Elle était de la taille de ma cuisse et parraissait aussi grosse quelle une fois excité..

Nu, je faisait vraiment peur.. Arrivé la veille de l'opération vers 18h, j'ai pris possession de ma chambre et me suis couché.. Vers 20h, arrivent deux infirmières, ou aides soignantes, une de mon age et l'autre d'environ J'étais allongé sur le dos.

Mes jambes étaient repliées. Une légère excitation m'animait. Le drap faisait tente avec mes genoux J'ai vite changé de position, de sorte qu'elles n'ont vu que du feu.. La plus ancienne des soignantes s'assoie à côté de moi et pose ses outils où je reconnais un rasoir Je leur dis alors que je suis confus de devoir m'exhiber dans cet état..

Je leur dis alors que j'étais affublé d'une particularité et que j'étais un peu excité. Chez moi, il me faut du temps pour retomber. Mon pénis n'était pas vraiment dur et dressé, je n'aurais pu le câcher.. Très professionnelles, elles m'ont dit qu'elles étaient habituées et que cela ne leur posait pas de pb..

J'ai moi même lentement relevé le drap.. A la vue de mon gland la plus jeune des deux restée debout s'est raidie.. J'en étais encore à la moitiée découverte lorsqu"elle s'est levée.

Elle ne quittait pas mon sexe des yeux. Elle m'a fixé du regard, et m'a dit très gentillement qu'elle reviendrait lorsque je me serais calmé. Elle a un peu discuté avec moi.

Me demandant si j'avais beaucoup d'aventures, si elle fonctionnait normalement. Le tout sur un ton très soft, médical.. Elle est revenue avec une autre collègue. Très professionnelle encore, elle m'a rasé le pubis tandis que je tenais de côté mon pénis encore à mi cuisse. Elle m'a vu encore grandir, au rythme des battements de mon coeur. Devenue dure, elle était maintenant dressée et mes deux mains la plaquaient contre ma jambe. L'aide soignante restée debout affectait un regard indifférent, mais profitait du spectacle.

Elle était rouge pivoine, elle virait au pourpre. La raseuse, en première ligne, me détaillait de temps en temps, s'affairant sur mon pubis. Elle l'avait vu se dresser petit à petit jusqu'à arriver au niveau de son visage.. Elle sont reparties dans un concert d'amabilité. Sourirs et regards en coin. Professionnelles tout de même. Le reste, c'est le brouillard.. Réveil, transporté, pas de petit déjeuner, nettoyé, brouillard Réveil, gueule de bois, brouillard encore. Beaucoup de monde venait me voir, s'occupaient de moi..

Franchement, ça c'est du service public! Le lendemain soir, ça commençait à aller mieux. Le surlendemain, l'aide soigante qui m'a rasé le premier jour est revenue discuter avec moi de mon départ. C'était ma dernière nuit. Elle était très franche, avec cet aspect toujours détaché et peu pudique qu'ont les gens qui travaillent dans ces services médicaux. Elle m'avoua que c'était la première fois que mon cas se présentait dans le service et que j'étais devenu l'attraction des employés..

Deux médecins m'avaient osculté endormi. Ils paraitrait même qu'ils ont souri en annonçant qu'elle était en parfait état de fonctionnement. J'espère qu'ils n'ont pas pris de photos..

Elle s'en alla, comme elle était venue, sans un regard.. Vers 20 h arriva la plus jeune des deux.. Souriante, elle me dit qu'elle était de service et que je n'avais qu'à appeler si j'avais un pb. J'ai bien regardé ses yeux.. A aucun moment, elle n'a détaché son regard des plis que faisaient mes draps.. Ses yeux parcouraient mon lit.. On aurait dit qu'elle s'attendait à ce que qq chose se voie ou dépasse.. Elle hésita, fit mine de repartir, revint vers moi et pris mon plateau..

J'étais de dos alors et ne pouvais la regarder sans me retourner. Mon pénis, après qq jours d'inactivité.. Elle est restée environ cinq ou six longues secondes derrière moi.. J'ai commencé à me retourner, pour briser le silence.. Mon membre était accroché sur mon entre jambe, toujours mes lanières..

Une plus longue à la base.. Elle est calée lorsqu'elle arrive enfin au genou.. Mais revenons à nos moutons Elle reprit ses esprits.. Cela avait duré une quinzaine de secondes en tout.. C'est moi qui ai engagé la conversation.. Je lui ai demandé si je ne lui avait pas fait trop peur la première fois.. Elle s'est mise à rire.. Que j'aborde le sujet.. Je lui ai demandé si elle m'avait vu lorsque j'étais endormi. Elle n'était pas de service depuis la première nuit. Je lui ai proposé de regarder.

Il m'arrive depuis toujours d'avoir des filles qui sortent avec moi simplement pour se rincer l'oeil. Une bête de foire.. J'ai relevé mes draps.. Enfin, bref, j'attends le docteur pour me dire ce que j'ai pendant que je regarde ces magazines cochons. Tout ça commence à m'exciter, je m'apprête à me masturber mais La porte s'ouvre et un homme entre avec une blouse et un stéréoscope autour du cou. Il y a deux jeunes infirmières qui le suivaient.

Le docteur s'avance vers moi et me déclare que j'ai fait une crise d'épilepsie et qu'il faudrait rester deux jours de plus ici. Il me regarde, je rougis et il me sourit. Dès la porte fermée, j'enlève mon pantalon et mon tee-shirt, caresse mes seins dont les tétons pointent déjà. Ces caresses provoquent quelque chose d'agréable à mon entre-jambe. Je glisse mes doigts dans ma chatte puis active frénétiquement mon clitoris.

Je me laisse aller, continuant de plus belle, mes mains caressant tour à tour mes seins durcis de plaisir, mes fesses à damner un saint et ma chatte mouillée Quelques instants plus tard je jouis et je mouille tout le drap. Je m'endormis puis à mon réveil, je vois les deux infirmières de tout à l'heure qui ont enlevé la couette qui cachait mon corps nu. Je fis semblant de dormir. Tu as vu la salope qu'elle est, Léa? Une langue lécha ma chatte.

Je ne pouvais m'empêcher de gémir. Elle lécha mes seins en remontant vers ma bouche. Elle me donna un bisou sur la bouche et je le lui rendis, on s'embrassa avec la langue. Je lui caressais les seins à travers la blouse. Sandrine me doigta et mes gémissements commençaient à être bruyant alors Léa m'embrassa encore une fois et me caressa les seins.

Sexe virtuel com Kérala sexe